Le mien, je l’ai vécu hier en me baladant Camino de Murcia, THE place-to-be à Cieza le soir : une dizaine, que dis-je, une douzaine, une quinzaine de djeunzes m’ont saluée de « bonjour » tonitruants (oui, le soir, mais il faut les excuser, je suis là depuis peu) certains me courant même après en m’appelant par mon nom. Certes un doute m’a effleurée : n’allaient-ils pas me caillasser? Bah non.
En somme : jusqu’ici tout va bien.