Vous en rêviez (ou pas) ? Je l'ai fait

29 octobre 2015

Quart d’heure de gloire

Le mien, je l’ai vécu hier en me baladant Camino de Murcia, THE place-to-be à Cieza le soir : une dizaine, que dis-je, une douzaine, une quinzaine de djeunzes m’ont saluée de « bonjour » tonitruants (oui, le soir, mais il faut les excuser, je suis là depuis peu) certains me courant même après en m’appelant par mon nom. Certes un doute m’a effleurée : n’allaient-ils pas me caillasser? Bah non.En somme : jusqu’ici tout va bien.
Posté par Marie la nomade à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2015

Folle ambition

A dix-sept ans je nourrissais la folle ambition de vivre des minima sociaux et de passer mes journées à lire des bouquins de la bibliothèque municipale dans des jardins publics (bah oui : on n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans)A trente-quatre ans je (sur)vis grâce à la générosité de l’Etat espagnol (qui me paye à utiliser le wifi au chaud même quand les élèves font grève) et je passe mon temps entre les pages des volumes alignés le long des rayons de la bibliothèque municipale.Oui on peut dire que j’ai réussi dans la vie... [Lire la suite]
Posté par Marie la nomade à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2015

Help !

Bon alors voilà : un grave problème hyper préoccupant se pose à moi. Où partir en vacances à Noël ? Vous pensez bien que célébrer la naissance de Mithra à quelques jours du solstice d'hiver en sacrifiant une innocente dinde même pas nappée de mole poblano (et encore moins arrosée de mezcal) avec mes géniteurs dans le froid du grand nord me tente très modérément. Ce qui me plairait bien sûr c'est de partir crapahuter avec mon sac à dos sur des sentiers ensoleillés sur une île où les indigènes parlent une langue latine (ou faute... [Lire la suite]
Posté par Marie la nomade à 16:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2015

Cieza, une ville qui a la pêche…

… enfin, plus trop en cette saison : à la maraude, en « bici »  ce sont surtout des grenades que je ramasse. Et je ne parle ni des kakis (ma raison de vivre en novembre) ni des « chirimoyas » à des prix défiant toute concurrence au marché.Dimanche : rando avec le groupe de « sentiéristes » locaux (à ne pas confondre avec des « rangs d’honneur », un concept évocateur de défilés militaires) : paysages magnifiques (petite montagne aux flancs semés de pins, de thym et de romarin, et nimbée de brume matinale qui, en se dissipant,... [Lire la suite]
Posté par Marie la nomade à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2015

Bienvenue à tous !

Après une sévère crise de foi (précédée par une abominable crise d'à-quoi-bonisme dont je vous épargnerai charitablement les détails) il m'a paru indéniable que le "moi" est haïssable (bien que je me considère moi-même comme tout à fait charmante ;-) je veux dire par là qu'à trop s'appesantir sur son ego, on ne gagne pas grand-chose et que le nombrilisme n'incite pas à la joie de vivre) et que donc, il n'était pas absolument indispensable à l'accroissement du patrimoine culturel de l'humanité que je poursuive sur ces pages le récit... [Lire la suite]
Posté par Marie la nomade à 14:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2015

Demi portion, moi ?

Aujourd'hui, j'ai été héroïque: j'ai engloui à moi toute seule une ration entière de morue braisée (Baclhau à Bras pour les intimes). C'était à s'en lécher les doigts... Certes, à la sortie de table, il ne m'a pas fallu moins d'une bonne heure et demie de sieste pâteuse suivie d'une cinquantaine de longueurs de pistoche olympique en plein air pour accuser le coup et il est plus que probable que, ce soir, je respecte un jeûne salutaire et récupérateur mais enfin... lors de la confrontation face à la morue, j'ai eu le dessus. N'est pas... [Lire la suite]
Posté par Marie la nomade à 21:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2015

C'est bien parce que c'est vous

La réserve naturelle de l'estuaire du Sado... encore un lieu de toute beauté ignoré de tous -- ou presque. Heureusement que personne ne me lit sinon -- si je m'étendais en long en large et en traviole sur la splendeur émeraude des rizières qu'une brise parcourt à l'occasion d'une pâle onde frémissante, sur le charme décrépit des quais palafittiques de bric et de broc et leurs palettes à la peinture écaillée, si je tentais de rendre compte des ineffables plaisirs de la solitude le long des canaux d'irrigation alors que miroitent à... [Lire la suite]
Posté par Marie la nomade à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2015

Une destination qui ne manque pas de sel

Alcacer do Sal : la forteresse du sel -- à cause des salines de l'estuaire du Sado. Rien à voir, donc, avec les mines de sel qui ont donné son nom à la capitale des grosses bouboules indigestes au gras de cacao emballées dans du papier à l'effigie de ce divin génie musical tellement précoce qu'à 35 ans, il était déjà mort (dixit Desproges). Rien à voir non plus avec le divin (itou) marquis : j'ai dit "Sado", pas Salo comme les 120 journées de Sodome. A en juger par la densité de cigognes au kilomètre carré, Alcacer do Sal doit être... [Lire la suite]
Posté par Marie la nomade à 20:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2015

S + 3

Bilan de trois semaines de rando le long de la route vicentine (et aux alentours de Monchique) : j'ai -- enfin -- appris à marcher : à me couler dans le rythme de la foulée en m'intéressant à ce qui défile (certes lentement) alentour... enfin, pas si lentement que ça quand on y regarde bien (et qu'on écoute et qu'on renifle) Seul hic : c'est hypnotique -- et addictif.
Posté par Marie la nomade à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2015

C'est l'été

Tout à l'heure, entre Marignan et Pavie (temporellement : entre 15h15 et 15h25 ; spatialement entre Porto Covo et Cercal do Alentejo) à l'assaut d'une petite côte sablonneuse à l'ombre parcimonieuse des chênes liège, le rouge aux joues, j'ai eu CHAUD. Et ce n'était pas désagréable, ma foi... Et puis, cette délicieuse impression olfactive de randonnder à l'intérieur d'un pot de pommade Vicks... Dommage que je me sois perdue... enfin, que j'aie perdu le chemin, ou que le chemin m'ait perdue, m'ait égarée, m'ait larguée. Bref, dommage... [Lire la suite]
Posté par Marie la nomade à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]